Le livre d’Esther est l’un des deux seuls de l’Ancien Testament qui portent le nom d’une femme. Auteur : Le Livre d’Esther ne mentionne pas le nom de son auteur. La seconde version grecque est le « Texte Alpha », autrefois attribué à Lucien d'Antioche. Mardochée, un judéen de la tribu de Benjamin vivant en tant que fonctionnaire royal à Suse, voit Esther, une cousine orpheline qu'il avait adoptée[4] se faire emmener au palais. Mardochée la supplie : «Prie donc le Seigneur, et parle au roi pour nous ; sauve-nous de la mort !». Alors que Mardochée était assis à la porte des appartements royaux, il surprit deux eunuques qui veillaient à la sécurité du roi, s'irriter et projeter d'attenter à la vie d'Assuérus. Esther 1-2 Le roi Assuérus est mécontent de la conduite de la reine Vasthi et la répudie. Le fait qu’Assuérus ait omis de récompenser Mardochée, juste après la condamnation des deux eunuques rebelles (2.23), ne devait pas, sur le moment, réjouir le cousin d’Esther. Les esprits critiques n'ont pas manqué de signaler par ailleurs une dizaine de faits perçus comme absurdes, tels que : le décret visant le rétablissement d'un ordre patriarcal épargné par la déchéance de Vashti ; le fait qu'Haman ait besoin d'une dénonciation pour se rendre compte que Mardochée refuse de s'agenouiller devant lui ; la justification puérile (pour que les massacreurs soient prêts) donnée pour rendre compte de la publicité faite au décret d'extermination ; la surprise du roi devant la demande d'Esther, comme s'il donnait régulièrement son aval aux exterminations ; la coexistence de deux décrets qui mettent en état de guerre civile les autorités locales et les Juifs ; le soutien des gouverneurs et fonctionnaires du roi apporté aux Juifs. Remarquons encore une fois, remarquons sa relation avec les chapitres qui précèdent. Introduction au livre de Job. Selon une opinion assez en courue, il s’agirait de Mardochée (un personnage central du Livre), d’Esdras ou de Néhémie (qui étaient familiers des coutumes perses). », « a manifesté cette intention criminelle », « Vous-mêmes, écrivez au sujet des Juifs, au nom du roi, comme vous le jugerez bon », « lettre écrite au nom du roi et scellée avec l'anneau royal ne [puisse] pas être révoquée », « traitèrent comme bon leur semble ceux qui les haïssaient », « mettant la main sur ceux qui leur voulaient du mal », « Les gouverneurs et les fonctionnaires du roi soutenaient les Juifs, car la crainte de Mardochée les avaient saisis », « la tranquillité de la part de leurs ennemis », « se reposèrent et en firent un jour de festin et de réjouissance », Xavier Roiron, "Les parties deutérocanoniques du Livre d’Esther" dans, destruction du premier Temple de Jérusalem, Pniné Halakha, Rav Eliézer Melamed - Meguilat Esther, Rouleaux d’Esther en Bezalel Narkiss Index of Jewish Art, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Livre_d%27Esther&oldid=177448295, Article contenant un appel à traduction en anglais, Portail:Religions et croyances/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Un axe de lecture du Séminaire II. Le Texte Bêta se termine par un colophon qui indique que le texte a été traduit par un certain Lysimaque de Jérusalem et amené en Égypte par un lévite du nom de Dosithée. L’introduction de Christ dans la race humaine dépendait de l’existence de la race juive. Suit un approfondissement sur le livre d'Esther dans l'exégèse hébraïque et chrétienne au Moyen Âge. Ces passages, numérotées A à F, sont qualifiés d’« additions à Esther ». l’époque du deuxième Temple. Mais le livre le plus récent, tant pour les faits historiques que sous le rapport de la composition littéraire, est le livre d'Esther qui, ainsi que je l'ai fait voir en commençant, est marqué de la date 3414, — 347 av. “ Youssef Hindi . Esther est loin d’imaginer que ces produits de luxe feront plus tard partie de son quotidien... « Belle d’apparence » 7. Cette approche est similaire à celle de la plupart des commentateurs envers le Cantique des Cantiques. Au cours du second festin, Esther demande la parole au roi. Enfin, le récit, dans sa structure la plus ramassée (triomphe de Mardochée sur Haman, annihilation des ennemis des Juifs), serait aussi bien la transposition du triomphe de Saül (ancêtre de Mardochée), roi d'Israël, sur Agag (ancêtre de Haman) et de l'extermination des Amalécites, épisodes du premier livre de Samuel. Enfin, l'idée qu'un roi puisse épouser une parfaite inconnue heurte toutes les mœurs répertoriées (les mariages royaux sont des arrangements entre familles princières) et les connaissances historiques (selon Hérodote, le roi devait épouser une femme issue de l'une des sept plus grandes familles nobles de Perse)[11]. Et l'Éternel lui répondit : Va, tu battras les Philistins, et tu délivreras Keïla. Ce récit est légendaire. Or, sous son règne, le grand vizir Haman intrigue et obtient de pouvoir exterminer toute la population juive. Ainsi préparée, j'entrerai chez le roi malgré la loi et, s'il faut périr, je périrai.»Le troisième jour, Esther, qui reçoit la faveur du roi, l'invite à dîner avec Haman. De Christophe Stener. n. è. Daniel a vu d’avance l’Empire perse dans une vision ; la Bible parle de cet empire dans les livres d’Esdras, de Néhémie et d’Esther (Esd 1:1 ; Dn 5:28) [voir app. Il est l’œuvre d'un perse ayant vécu avant 78-77, date attestée de la traduction du livre en grec par Lysimaque[3]. Ce mythe babylonien est mis en relation avec les Pûrim babyloniennes qui fêtaient le retour du printemps (le nom est construit sur la racine babylonienne pûru = lot, sort). 1. Les deux villes de Babylonie, Soura et Poumbedita, abritaient les deux centres les plus importants d’étude de la loi orale juive. è.). Il en est de même de l'identification d'Esther avec Amestris. Thèse du Code d’Esther : le texte du livre d’Esther a été transmis à l’identique, de génération en génération, ... (Esther 9:10) avant d’être exposés publiquement sur une potence ; les nazis, au contraire, furent tués par pendaison, puis directement enterrés.

Donc c’est en faisant nous affirmations que nous pouvons réduire notre résistance d’une part, et activer en même temps la Loi de l’Attraction. Leçon 108 : Job 17-37. Depuis le concile de Trente, les Catholiques considèrent que ces passages font autorité et sont dits « deutérocanoniques »[6],[7]. Abasourdi, le roi sort faire un tour dans ses jardins et revient au moment où Haman, tentant d'obtenir la grâce royale, s’était jeté sur le divan où Esther était allongée. Le roi la reçoit avec bienveillance et accepte de participer à un banquet avec Haman. De mon côté, avec mes servantes, j'observerai le même jeûne. Le livre d’Esther nous apprend que Dieu garde souverainement les Juifs dispersés, veillant sur eux, même en dehors de toute relation ; et que, sans révoquer en rien le jugement qui les a atteints, Dieu les protège sans se montrer, et, par conséquent, par des moyens cachés. Les Juifs se lamentent, pleurent et jeûnent afin d’être délivrés. De plus, il organise aussi un immense festin de sept jours pour le peuple. Or, sous son règne, le grand vizir — Haman — intrigue et obtient de pouvoir exterminer toute la population juive. l’époque du deuxième Temple. Longueur: 234 pages 2 heures. Le roi informé par Esther prend toutes les mesures nécessaire… L’absence du nom divin se révèle donc comme fondamentalement pédagogique. Cette nuit-là, le roi, incapable de trouver le sommeil, demande qu'on lui fasse la lecture des annales. Devant pareille menace, Mardochée fait appel à sa nièce Esther afin qu'elle obtienne du roi l'annulation du décret qui les condamne. C'est ainsi qu'il se retrouve à tirer Mardochée à travers la ville. Le livre d’Esther fut rédigé dans l’intervalle entre après la 12 e année de Xerxès et sans doute près de la fin de son règne (vers 475 av. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le roi honore Mardochée et leur permet, à Esther et à lui, de révoquer le décret de tuer les Juifs. Un axe de lecture du Séminaire II. Le livre d'Esther conte l'histoire d'une jeune juive qui avait été déportée à Babylone et devint reine des Perses, sauvant du massacre les Juifs en captivité. Le livre d’Esther contenu dans la Bible hébraïque raconte la fabuleuse histoire d’une petite Juive de Suse devenant l’épouse du roi Assuérus. Le récit se passe dans une période sombre de l’histoire d’Israël, période pendant laquelle Dieu, à cause du péché de Son peuple, se cache à lui : Esaïe 45,15 ; Jér 33,5. La dernière modification de cette page a été faite le 9 décembre 2020 à 17:46. Le livre d’Esther illustre la réalité d’un monde de prétention, où chacun veut paraître important et où Dieu est négligé. Celui-ci étant bien placé pour connaître, dans leurs moindres détails, tous les faits rapportés dans le récit : les préoccupations personnelles d’Esther et de lui-même, les agissements des membres de la famille de Haman et, en particulier, ce qui se passait à Suse. Hérodote, ni ses confrères historiens n’ont parlé de ces événements. Esther 6-8 Le deuxième jour du banquet, Esther dévoile au roi le complot d’Haman de tuer les Juifs. Surpris, le roi lui demande qui donc « a manifesté cette intention criminelle ». Leçon 110 : Psaumes, 1re partie . Le narrateur semble ignorer que Suze n'était que la résidence hivernale de la cour royale, plaçant son récit implicitement dans la continuité de neuf années. Auteur : Troy, Jean-François de (1679-1752) Œuvre signée. 01 C’ETAIT AU TEMPS D’ASSUERUS – cet Assuérus qui régnait sur cent vingt-sept provinces, depuis l’Inde jusqu’à l’Éthiopie.. 02 En ces jours-là, comme le roi Assuérus siégeait sur son trône royal, qui est à Suse-la-Citadelle,. Il est supposé compenser le fait qu'une « lettre écrite au nom du roi et scellée avec l'anneau royal ne [puisse] pas être révoquée ». Elle devint ainsi la reine des Perses. Le premier Targoum date environ de l'an 700, tandis que le second lui est postérieur d'environ 900 ans. Le livre d’Esther était lu lors de la fête du (ou des) Purim, pour commémorer la grande délivrance de la nation juive par Dieu, à travers la reine Esther. D’ailleurs, certaines versions (la Bible en français courant, PC) substituent même dans leur texte Xerxès à Assuerus. 19 L’exemple d’Esther nous en apprend beaucoup sur l’art de la persuasion. Un trait du Livre qui a toujours surpris les commentateurs et qui s'accommoderait bien d'une telle hypothèse est l'absence de considérations religieuses et même de la mention du dieu unique, les prières et discours pieux étant des rajouts grecs à l'original hébreu. Devant pareille menace, Mardochée fait appel à sa cousine Esther afin qu'elle obtienne du roi l'annulation du décret qui les condamne. De plus, quand il fut admis auprès du roi, Mardochée eut certainement accès aux documents officiels mentionnés dans le récit. Dans ces livres, on ne voit plus Dieu intervenir activement dans les affaires de son peuple, mais il travaille … ... la singularité de cette portion de l’Écriture à laquelle se rattachent aussi les livres de Néhémie et d’Esther. Esther, la reine, est le dernier espoir du peuple juif. Sur sa tête, elle ne met pas de parfums, mais de la cendre. « une littérature de diaspora dans le judaïsme de (1 pt).q Selon Esther 2:15, qui était l'eunuque qui donnait à Esther des conseils sur ce qu'il fallait prendre au palais du roi? Esther 3-5 Mardochée, cousin et père adoptif d’Esther, refuse de se prosterner devant Haman. Son personnage principal est Esther. Pour ce qui est des passages communs avec le texte massorétique, il peut s'agir soit d'une révision du Texte Bêta, soit d'une traduction basée sur un texte hébreu différent de celui qui a servi de base au texte Bêta[10]. Dans sa troisième année de règne, le roi Xerxès Ier organise en sa capitale, Suse, un banquet pour les grands personnages de l'empire et décide, pendant 180 jours, de montrer la richesse de son glorieux royaume, ainsi que la grandeur et la splendeur de sa puissance. Il en est de même du puissant premier ministre (H)Aman, agaguite ici, macédonien dans le texte grec. Toute assimilation est donc à la fois envisageable et gratuite. « La plupart des savants situent les événements rapportés dans le livre d’Esther entre 482 av. Pour la même raison, nombre de « gens du pays se firent Juifs ». Philippe Laügt Janvier 2003 Plan de lecture : 1 - Introduction 2 - Chapitre 1 3 - Chapitre 2 4 - Chapitre 3 5 - Chapitre 4 6 - Chapitre 5 7 - Chapitre 6 8 - Chapitre 7 9 - Chapitre 8 10 - Chapitre 9 11 - Chapitre 10 Cependant, je suis tombé sur quelques suppléments du livre d’Esther trouvés dans les textes apocryphes et ils semblent poursuivre l’histoire là où la Bible comme nous le savons se termine au chapitre 10 verset 3. Esther, convaincue, lui dit en substance : « Va rassembler tous les Juifs de Suse. C, et qui doit avoir été écrit peu de temps après celte année qui indique l'époque à laquelle se sont accomplis les événements dont il fait mention. Le livre d Esther nous apprend que Dieu garde souverainement les Juifs dispers s, veillant sur eux, m me en dehors de toute relation ; et que, sans r voquer en rien le jugement qui les a atteints, Dieu les prot ge sans se montrer, et, par cons quent, par des moyens cach s. Le style coloré du récit … Juive exilée en Perse, Esther s’élève au rang de reine de Perse et affronte ensuite la possibilité d’être exécutée avec le reste de son peuple. ... Vikidia se base sur MediaWiki, que nous ne pouvons plus mettre à jour, nos serveurs n'étant plus adaptés. La rédaction du livre d'Esther est traditionnellement attribuée à Mardochée lui-même. Il fait partie des Ketouvim selon la tradition juive et des Livres historiques de l’Ancien Testament selon la tradition chrétienne. Le Livre d'Esther institue une commémoration mémorielle éternelle : "ces jours ne devaient pas être effacés du milieu des Juifs, ni leur souvenir disparaître de leur postérité". Bien que le livre d’Esther suive le livre de Néhémie dans la Bible, selon certains savants, les événements rapportés dans Esther ont pu se passer trente ans ou plus avant ceux rapportés dans Néhémie. Mais Haman, en rentrant joyeusement chez lui après les honneurs qui lui ont été rendus par la reine, s'emplit de colère en voyant Mardochée refuser de se prosterner devant lui. Les documents sont muets quant à un quelconque massacre de sujets du roi — par les Juifs ou autres — et ne révèlent aucun décret royal autorisant de telles tueries. Celui-ci s'engage par avance à exaucer son désir. Assuerus a été ainsi fréquemment assimilé à Xerxès Ier – qui régna de 486 à 465 – sur la base d'une mise en équivalence des noms en vieux persan (Khshayarsha) et en hébreu (Ahashwérosh). 7 Un jour, le bruit court dans toute la ville qu’un scandale secoue la maisonnée Aman entre dans une grande colère, et menace de tuer tous les Juifs, san… Des universitaires ont soutenu autour du début du XXe siècle que cette histoire résulterait de l'adaptation littéraire d'une liturgie babylonienne, ce par transposition, un procédé biblique récurrent selon certains hébraïsants[13]. Le roi le fait pendre à la potence dont Haman avait l’intention de se servir pour Mardochée. Pendant toute l'année où Esther devait prendre soin d'elle-même, Mardochée venait quotidiennement à la maison des femmes prendre des nouvelles de sa cousine. des Mille et une Nuits et dans le Livre d'Esther, deux dérivations parallèles d'une même légende, d'une antique légende perse, qu'il appelle, par rapport au récit arabe et au récit hébreu, la « légende fondamentale » (grondlegende, en hollandais). L'exégèse traditionnelle (dont le midrash et les pères de l'Église) a toujours soutenu l'historicité du récit. Ceux-ci le dénoncent alors à Haman qui, dès lors, « vit que Mardochée ne s'agenouillait pas et ne se prosternait pas devant lui ». Le Héron du livre VII dédaigne la carpe, les tanches puis le goujon. Les interprétations du Livre d'Esther se poursuivent au Moyen Âge à travers deux targoumim, « traductions » araméennes qui, à l'instar de la version grecque du Livre d'Esther, réécrivent l'histoire plus qu'elles ne la racontent. Aucun d’eux n’a cité le nom d’Esther ni celui de la … C'était du temps d'Assuérus, de cet Assuérus qui régnait depuis l'Inde jusqu'en Éthiopie sur cent vingt-sept provinces ; et le roi Assuérus était alors assis sur son trône royal à Suse, dans la capitale. Le roi — informé par Esther — prend toutes les mesures nécessaires pour protéger la population juive, et condamne le vizir, ainsi que tous ses fils, à être pendus au poteau destiné initialement à Mardochée. Le Talmud Babylonien mentionne à plusieurs reprises la religion zoroastrienne et relate même des anecdotes historiques sur les rois persans. Leçon 112 : Psaumes, 3e partie. (1 pt).q Selon Esther 2:16, quel est le nom du dixième mois? Leçon 107 : Job 1-16. Bonsoir, Pour sa femme et ses amis, ce qui vient d’arriver n’annonce rien de bon ; son combat contre Mordekaï est voué à l’échec (Est. Ce livre est pour J-D Macchi, « une littérature de diaspora dans le judaïsme de Date de rédaction : Le Livre d’Esther … Leçon 109 : Job 38-42. Le tirage du sort (Pour) qui s'effectue au début de l'année calendaire désigne le jour favorable (le 13 du dernier mois). Il recueille avec joie l'idée de sa femme, Zeresh, de pendre Mardochée haut et court dans sa cour sur une potence de 50 coudées. Traumatisme psychique, traumatisme réel, quels enjeux ?, exposé de Choula Emerich Sur le livre de Fabrizio Gambini :« Dodici luoghi lacaniani della psicoanalisi », par Fulvio della Valle mars 2018 . Ne mangez ni ne buvez de trois jours et de trois nuits. De nombreuses belles jeunes vierges de l’empire lui sont présentées afin qu’il puisse choisir une nouvelle reine. Lors du festin, Esther dont la demande a été par avance acceptée par le roi (« jusqu'à la moitié de mon royaume ») renouvelle l'invitation pour le lendemain. Le livre d’Esther nous apprend que Dieu garde souverainement les Juifs dispersés, veillant sur eux, même en dehors de toute relation; et que, sans révoquer en rien le jugement qui les a atteints, Dieu les protège sans se montrer, et, par conséquent, par des moyens cachés. Les additions A, C et D sont vraisemblablement la traduction d'un original écrit dans une langue sémitique, l'hébreu ou l'araméen. Esther et Mardochée (qui ne sont pas des noms hébreux) seraient ainsi la transposition des divinités Ishtar et Marduk, Vashti et Haman étant celle de divinités élamites — Suse était la capitale de l'Élam — Mashti et Humban. L’homme ne comprend pas la continuité des lois et le but des lois de Dieu. Mardochée, amené au palais sur demande de sa nièce, refuse de se prosterner devant Aman, disant qu'il ne se prosternera devant aucun autre que Dieu. tudes sur la Parole de Dieu ... dans laquelle Dieu ne reconna t pas le peuple comme sien ; relation provisoire et imparfaite. La toilette d’Esther (carton du Louvre) - Jean-François de Troy. Par rapport au Texte Bêta, il contient aussi les additions qu'il lui emprunte probablement. Enfin, Assuérus a également été assimilé à Cyaxare qui régna de 625 à 585 et fut l'allié de Nabuchodonosor, sur la citation de son nom dans le Livre de Tobit (Achiachar, supposé dérivé du vieux persan Akhuwakhshatra), hypothèse impliquant que Mardochée ait été lui-même déporté à Babylone. Ils sont absents des éditions juives de la Bible et figurent parfois à part dans les Bibles protestantes. Premier livre des Rois - chapitre 1 - (1R1) traduction liturgique officielle en français sur le site de l'Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones. Vashti et Esther ne sont les noms d'aucune reine connue, et l'épouse de Xerxès s'appelait Amestris. Du texte biblique le Livre d'Esther, Racine supprime tout de même le début et la fin (le refus de Vasthi de se présenter devant le roi en portant le diadème et le massacre des persécuteurs). La disgrâce de Vashti représenterait une sécularisation du triomphe d'Isthar sur sa concurrente Mashti. Mardochée apprend la promulgation du décret. Usons donc des moyens de la foi pour annuler leurs efforts, y compris en nous rassemblant (voir verset 11) pour la prière en commun. Le Talmud et même le livre d’Esther dans la Bible sont imprégnés de la culture perse. Informations sur le livre Exposée: Djihad 4.0. La Reine Vasthi a aussi donné un banquet pour les femmes qui étaient dans la maison du roi, et non pas dans la maison des femmes. Le livre d’Esther mentionne l’institution de la fête des Purim et l’obligation de son observation perpétuelle. Haman, se croyant désigné, répond qu'il serait convenable d'organiser une procession dans la ville, vêtu des habits royaux, monté sur la monture royale et en proclamant que c'est là un homme que le roi veut honorer. Il inclut de nombreux ajouts dont le rêve de Mardochée, extrait du Josippon, rédigé en Italie au Xe siècle. Le livre d’Esther fournit une excellente illustration du pouvoir et de l’influence bénéfique qu’une seule personne peut avoir. (1 pt).q Selon Esther 2:17, qui a … Bien qu’il ait autorisé le retour des Juifs en Judée, beaucoup continuent à vivre en diaspora dans l’empire perse. Elle a sans doute changé son nom au moment de son élection afin de conserver son anonymat. Elle le partage avec Abhijit Banerjee, son mari, et Michael Kremer. .q Selon Esther 2:15 Quel est le nom de papa d'Esther? et donne le détail des pièces de correspondance à peine mentionnées dans la Meguila. Ancien Testament, Manuel de l’instructeur de séminaire, Introduction au manuel de l’instructeur du séminaire de l’Ancien Testament, Leçon 1 Introduction à l’Ancien Testament, Leçon pour l’étude à domicile : Introduction à l’Ancien Testament – Étudier les Écritures (Unité 1), Leçon 8 : Moïse 2 (Genèse 1 ; Abraham 4), Leçon 9 : Moïse 3 (Genèse 2 ; Abraham 5), Leçon pour l’étude à domicile : Moïse 1-Moïse 4 (Section 2), Leçon pour l’étude à domicile : Moïse 5-7 (Section 3), Leçon pour l’étude à domicile : Moïse 8 ; Genèse 6-12 ; Abraham 1-2 (Section 4), Leçon pour l’étude à domicile : Abraham 3 ; Genèse 13-18 (Section 5), Leçon pour l’étude à domicile : Genèse 19-27 (Section 6), Leçon pour l’étude à domicile : Genèse 28-39 (Section 7), Leçon pour l’étude à domicile : Genèse 40-50 (Section 8), Leçon pour l’étude à domicile : Exode 1-13 (Section 9), Leçon pour l’étude à domicile : Exode 14-20 (Section 10), Leçon pour l’étude à domicile : Exode 21-34 (Section 11), Leçon pour l’étude à domicile : Exode 35-Lévitique 27 (Section 12), Leçon pour l’étude à domicile : Nombres 1-21 (Section 13), Leçon pour l’étude à domicile : Nombres 22-36 ; Deutéronome 1-26 (Section 14), Leçon pour l’étude à domicile : Deutéronome 27-Josué 24 (Section 15), Leçon pour l’étude à domicile : Juges 1-Ruth 4 (Section 16), Leçon pour l’étude à domicile : 1 Samuel 1-15 (Section 17), Leçon pour l’étude à domicile : 1 Samuel 16-2 Samuel 10 (Section 18), Leçon pour l’étude à domicile : 2 Samuel 11-1 Rois 17 (Section 19), Leçon pour l’étude à domicile : 1 Rois 18-2 Rois 20 (Section 20), Introduction aux livres de 1 et 2 Chroniques, Leçon pour l’étude à domicile : 2 Rois 21-Néhémie 13 (Section 21), Leçon pour l’étude à domicile : Esther 1-Job 42 ; Psaumes, 1re partie (Section 22), Introduction au livre de l’Ecclésiaste, Leçon 115 : Ecclésiaste et Cantique des cantiques, Leçon pour l’étude à domicile : Psaumes, 2e et 3e parties ; Proverbes 1-Ecclésiaste 12 et Cantique des Cantiques (Section 23), Leçon pour l’étude à domicile : Ésaïe 1-23 (Section 24), Leçon pour l’étude à domicile : Ésaïe 24-47 (Section 25), Leçon pour l’étude à domicile : Ésaïe 48-58 (Section 26), Leçon pour l’étude à domicile : Ésaïe 59-66 ; Jérémie 1-33 (Section 27), Introduction au livre des Lamentations de Jérémie, Leçon 138 : Les lamentations de Jérémie, Leçon pour l’étude à domicile : Jérémie 34-52 ; Lamentations ; Ézéchiel 1-32 (Section 28), Leçon pour l’étude à domicile : Ézéchiel 33-48 ; Daniel 1-2 (Section 29), Leçon pour l’étude à domicile : Daniel 3-12 ; Osée ; Joël ; Amos (Section 30), Leçon pour l’étude à domicile : Abdias ; Jonas ; Michée ; Nahum ; Habacuc ; Sophonie ; Aggée ; Zacharie 1-2 (Section 31), Leçon pour l’étude à domicile : Zacharie 3-14 ; Malachie 1-4 (Section 32), Guide de planification pour les instructeurs du séminaire quotidien, Guide de planification pour les instructeurs du séminaire à domicile, Introduction à la maîtrise des Écritures, Cent passages de maîtrise des Écritures, Introduction aux points de doctrine de base, Les expériences de Moïse et d’Israël avec Jéhovah au mont Sinaï, Illustrations choisies de l’Ancien Testament.